macha-gharibian-062-2_recadree-def

ABOUT

Chanteuse, pianiste, auteure, compositrice, élevée sur les routes et sur les traces d’un père musicien, sa musique, une espèce de jazz folk pop élégante, aurait mystérieusement vu le jour entre Paris, New York et Erevan.

Pianiste au toucher délicat, de solide formation classique, diplômée de l’Ecole Normale de Musique de Paris, c’est en quittant Paris pour New York en 2005 que Macha Gharibian se révèle à elle-même. Guidée par Ralph Alessi, Uri Caine, Jason Moran, Ravi Coltrane, Vijay Iyer à la School for Improvisational Music, elle commence à écrire et créer son univers, une musique construite par ses voyages, ses désirs, et ses racines. De retour en France, elle écrit pour le théâtre, le cinéma, la danse, puis creuse son propre sillon en traçant sa voie de pianiste chanteuse.

Son premier album Mars sort en 2013 et reçoit un accueil unanime de la presse (Le Monde, Libération, Télérama, Révélation Jazz Mag, L’Humanité…). Depuis, elle tourne avec son groupe partout en France, et au Canada, US, Russie, Belgique, Arménie, Chine, Hong Kong, Taïwan, Colombie, Suisse, Algérie, et jusque Kaboul invitée par l’Institut Français en 2013, et a joué sur les scènes du Paris Jazz Festival, l’Olympia (TSF You & The Night), Duc des Lombards, Café de la Danse, New Morning, Tourcoing Jazz Festival, Pannonica, le Rocher de Palmer, Marciac l’Astrada, Millau Jazz Festival, Jazz à Juans, Marseille Jazz des Cinq Continents, Jazzebre Festival, RhinoJazz Festival…
Son dernier album Trans Extended, enregistré aux Studios La Buissonne avec Alexandra Grimal (saxophones) Matthias Mahler (Trombone) Tosha Vukmirovic (clarinette saxophone, kaval)  Fabrice Moreau (batterie) Dré Pallemaerts (batterie & kanjira) David Potaux-Razel (guitare) et Théo Girard (contrebasse), sort en 2016 chez Jazz Village (Harmonia mundi/PIAS).

« Envolées méditatives, embruns folk, groove envoûtants, mélopées hypnotiques… et poésie libératrice. » L’Humanité – Fara C

« Elle a beau chanter End of the Road, sa route à elle ne fait que commencer. » A Nous Paris – Stéphane Koechlin